Le Forum social local de Nancy envisageait de s'ouvrir sur un Forum Ouvert, sur une soirée seulement (au lieu de trois jours habituellement).
Nous avons envisagé ensemble une alternative, un World Café ou une Table de Coopération.

La cohérence s'est vite imposée entre le Forum social local et la Table de Coopération. Celle-ci permet à un porteur de projet de dynamiser son projet à partir de ressources tierces et diverses dans un format de temps restreint.

Les organisateurs du Forum social local anticipaient un nombre important de participants et nous avons imaginé ensemble de tester les Tables de Coopération avec des Cadres sans expérience. Nous anticipions d'en tirer des enseignements en vue d'une meilleure appropriation du protocole des Tables de Coopération.

Le 23 septembre a réuni une trentaine de participants.
Les organisateurs avaient prévu que les participants apportent des thématiques, plus que des projets.
Cinq thématiques émergèrent avec cinq porteurs.
Certaines de ces thématiques se rapprochant les unes des autres, les participants décidèrent de les regrouper.
Deux d'un côté, trois de l'autre.
Le protocole ne permet cependant qu'un seul porteur.

La Table regroupait 20 participants, contre 8 pour la voisine. Un équilibrage a été recherché pour favoriser l'expérimentation. Privilégier l'expérimentation du protocole sur le choix d'un thème a été vécu par certains participants comme "intrusif", voire "fascisant" : ils étaient venus pour débattre, et n'avaient pas été informés de l'expérimentation d'un dispositif coopératif particulièrement cadrant.

A la lecture du protocole, un Méta s'est identifié, a indiqué sa motivation à l'être, et a tenu sa position d'observateur muet pendant tout ce qui a suivi.
Deux participants ont néanmoins immédiatement réagi à ce que le Méta soit "privé de parole".
Une coopération s'est alors structurée entre participants qui se positionnent fortement à l'égard du protocole, et le Cadre qui l'énonce.
D'autres participants s'inscrivent en coopération avec ce groupe, en apportent leur éclairage sur la production inédite que permettent des cadrages inhabituels.

La lecture du protocole se poursuit, et une coopération implicite s'engage qui vise à ce que le groupe persiste, sans perte ni scission :
- ainsi, le Porteur satisfait à la demande de participants d'exposer la méthode Freinet, et à ce que la fonction de Porteur soit partagée avec le porteur du thème adjacent ;
- un participant propose de prendre des notes ;
- l'Animateur distribue la parole ;
- le Cadenceur rappelle le temps, et l'usage qu'en prévoit le protocole.

Une nouvelle coopération s'installe entre les tenants de la méthode Freinet, qui témoignent de leur expérience, de l'intérêt pour les parties prenantes, des modalités de la coopération, des écueils que rencontrent les praticiens.

D'autres collaborations s'installent par des témoignages personnels susceptibles de questionner l'opportunité de la méthode Freinet, ce qui donne l'occasion de retours et de renforcements de la position des tenants de la méthode.

En termes de contenu, le porteur indique que la pratique Freinet relève d'une éducation à la coopération.
Le praticien Freinet se tient pour garant d'un cadre et introduit des rituels.
La posture requise des enfants est celle de la bienveillance.
La difficulté que rencontre le praticien est de "la boucler et laisser la parole".

Des enseignants rapportent des expériences qui révèlent que :
- le professeur en position de référence a besoin de voir sa position de sécurité respectée avant de coopérer au déploiement d'une compétence tierce dans son environnement ;
- pour des intervenants tiers, la participation silencieuse constitue une posture créatrice de valeur.

L'approche Freinet paraît rencontrer une limite lorsqu'il s'agit d'engager les parents à la coopération.
Pour clefs :
- la coopération ne peut s'installer qu'à partir d'une position d'autonomie reconnue ;
- la pratique de "donner aux enfants une autonomie à leur mesure" paraît unsuffisamment transférée aux parents ;
- rechercher des occasions d'évaluation positive ;
- les professeurs les plus accessibles sont ceux qui partagent le même espace temporel et spatial des parents.

Le contenu des échanges éclaire ainsi la posture observée dans le déroulement de la Table de Coopération : les positions de défiance témoignent de ce que quelques participants n'ont pas trouvé une position de sécurité.
Cette Table de Coopération illustre que cette position de sécurité, différente pour chacun, constitue la raison d'être d'un dispositif sécurisé, en vue d'une coopération orientée résultats.